Biophilie: faire entrer la nature dans le design d’intérieur

[Biophilie] : faire entrer la nature dans le design d’intérieur

Biophilie: faire entrer la nature dans la décoration intérieure, © Hirouyki Oki
© Hirouyki Oki

Le design d’intérieur commence par l’expérience humaine. Compte tenu des besoins physiques, mentaux et émotionnels des personnes, les architectes d’intérieur utilisent des approches centrées sur l’homme pour aborder la façon dont nous vivons aujourd’hui. Créant de nouvelles approches pour promouvoir la santé, la sécurité et le bien-être, les intérieurs contemporains sont de plus en plus inspirés par la biophilie en tant qu’approche holistique du design.

Gracieuseté des architectes COOKFOX
Gracieuseté des architectes COOKFOX

Par définition, la décoration intérieure englobe divers aspects de notre environnement. La discipline s’étend aux matériaux de construction et aux finitions; traitement des dossiers, mobilier, ameublement et équipement; éclairage; acoustique; Orientation; ergonomie et anthropométrie; et comportement environnemental humain. Centré sur l’expérience, biophilie influence les éléments physiques et sensoriels instantanés présents dans les intérieurs. Cela a un impact sur nos émotions, notre santé et nos sensations générales. Mais qu’est-ce que la biophilie et comment se connecte-t-elle au design?

La biophilie est l’idée que les humains ont une tendance innée à rechercher des liens avec la nature. Le terme se traduit par “ l’amour des êtres vivants ” en grec ancien (philia = l’amour de / l’inclination vers) et a été utilisé par le psychanalyste américain d’origine allemande Erich Fromm dans The Anatomy of Human Destructiveness (1973), qui décrivait la biophilie comme “L’amour passionné de la vie et de tout ce qui est vivant.” Le terme a ensuite été utilisé par le biologiste américain Edward O. Wilson dans son ouvrage Biophilia (1984), qui proposait que la tendance des humains à se concentrer sur la nature et d’autres formes de vie et à s’y affilier a, en partie, une base génétique.

© Rasmus Hjortshoj
© Rasmus Hjortshoj

Wilson a également introduit une éthique de conservation basée sur de multiples dimensions de la relation innée que les humains partagent avec la nature. Sa notion d’intendance environnementale s’appuyait sur divers concepts, notamment la dépendance pratique des humains à la nature; la satisfaction dérivée de l’interaction directe avec la nature; l’attrait physique de la nature, évident dans son rôle de source d’inspiration et de paix; et l’attachement humain à la nature sous la forme de liens émotionnels avec les paysages et les espaces. Le principe de base de la biophilie est de connecter les humains à la nature et, par conséquent, d’améliorer le bien-être.

© Iwan Baan
© Iwan Baan

Dans la conception, nous apportons des caractéristiques du monde naturel dans les espaces construits, tels que l’eau, la verdure et la lumière naturelle, ou des éléments comme le bois et la pierre. Encourager l’utilisation de systèmes et de processus naturels dans la conception permet une exposition à la nature et, à son tour, ces approches de conception améliorent la santé et le bien-être. Il existe un certain nombre d’avantages possibles, notamment une réduction de la variabilité de la fréquence cardiaque et des pouls, une diminution de la pression artérielle et une activité accrue dans nos systèmes nerveux, pour n’en nommer que quelques-uns.

Au fil du temps, nos connexions avec le monde naturel ont divergé parallèlement aux développements technologiques. Les progrès des XIXe et XXe siècles ont fondamentalement changé la façon dont les gens interagissent avec la nature. A l’abri des intempéries, nous passions de plus en plus de temps à l’intérieur. Aujourd’hui, la majorité des gens passent près de 80 à 90% de leur temps à l’intérieur, se déplaçant entre leur domicile et leur lieu de travail. Alors que les designers d’intérieur adoptent la biophilie, ils créent des espaces qui réduisent mieux le stress tout en améliorant la fonction cognitive et la créativité. Utilisant des approches biophiles dans les intérieurs, ils peuvent utiliser des formes et des formes botaniques, ainsi que créer des relations visuelles distinctes avec la nature. Ce faisant, nous comprenons que la biophilie se compose de différentes couches naturelles qui font écho à la décoration intérieure.

© Monika Sathe Photography
© Monika Sathe Photography

Exploré à travers les 14 modèles de conception biophilique de Terrapin , nous pouvons voir comment ces couches abordent les problèmes universels de santé et de bien-être humains. Ils incluent la nature dans l’espace, les analogues naturels et, plus largement, la nature de l’espace lui-même. Les schémas vont des connexions visuelles, des stimuli sensoriels non rythmiques, de la température et du flux d’air, à l’éclairage dynamique et à la présence d’eau, ils peuvent être compris en termes d’expérience directe (lumière, air, météo), d’expérience indirecte (matériaux naturels, évoquant nature) et l’expérience de l’espace et du lieu (perspective et refuge, mystère et risque).

Avec l'aimable autorisation de GamFratesi
Avec l’aimable autorisation de GamFratesi

En créant des expériences multisensorielles, nous pouvons concevoir des intérieurs qui résonnent à travers les âges et les données démographiques. Ces chambres et ces espaces nous connectent à la nature comme un moyen éprouvé de nous inspirer, d’augmenter notre productivité et de créer un plus grand bien-être. Au-delà de ces avantages, en réduisant le stress et en améliorant la créativité, nous pouvons également accélérer la guérison. Dans nos villes de plus en plus urbanisées, la biophilie prône une approche plus humaniste du design. Le résultat est des intérieurs biophiles qui célèbrent notre façon de vivre, de travailler et d’apprendre avec la nature.

Source: archdaily

Comparer les annonces

Comparer