Les partis draguent les Suisses de l’étranger avant les élections

Quitter la Suisse et se rendre dans un Etat membre de l’Union européenne (UE)
Le comité de l’Organisation des Suisses de l'étranger
Le comité de l’Organisation des Suisses de l’étranger devant le Palais fédéral.
(OSE)

A moins de trois mois des élections fédérales, le Parti socialiste (PS) et l’Union démocratique du centre (UDC) ont présenté des listes composées de Suisses de l’étranger. De fait, tous les grands partis tentent de séduire cet électorat.

SUISSES DE L’ÉTRANGER Les Suisses dans le monde

Près de 775’000 citoyens suisses vivent à l’étranger, soit plus d’un sur dix. Dans ce dossier, swissinfo.ch suit les problématiques qui les préoccupent, comme les aléas du vote électronique. Une série de portraits ainsi que l’action sur Instagram #WeAreSwissAbroad rendent aussi compte de la diversité de la présence suisse dans le monde.

Les expatriés pourraient être plus de 180’000 à voter lors du scrutin du 20 octobre – et peut-être réussir à faire élire l’un des leurs. Le socialiste Tim Guldimann était devenu en 2015 le premier à siéger au Parlement fédéral tout en résidant à l’étranger. Mais il avait démissionné trois ans plus tard en expliquant qu’il était «difficile de vivre quelque part et de faire de la politique ailleurs».

L’automne prochain, le PS (gauche) présentera pourtant à nouveau une trentaine de Suisses de l’étranger sur ses listes. Celles de l’UDC (droite conservatrice), elles, en compteront une quinzaine, même si le parti défend d’abord la souveraineté nationale.

Expatriés «UDC-compatibles»

Responsable campagne de l’UDC internationale, Miriam Gurtner estime que les expatriés attendent la même chose que les électeurs de Suisse: «Ils voient par exemple en Grande-Bretagne les problèmes que l’on a avec l’Union européenne. Il y a aussi le déficit de démocratie, souligne-t-elle. Pour eux, ce n’est pas du tout une contradiction de participer à une politique UDC et vivre à l’étranger.»

Concrètement, ce sont les sections cantonales des partis qui peuvent présenter des listes composées de Suisses de l’étranger. C’est le cas par exemple avec une liste PDC internationale au Tessin ou une liste des Verts Transfrontaliers à Genève.

Pas de candidats mais une charte au PLR

Le Parti libéral-radical (PLR, droite libérale) international, lui, mise uniquement sur des candidats résidant en Suisse, mais à partir d’une charte bien définie. «Tout candidat et toute candidate du PLR, sur toutes les listes dans tous les cantons, a maintenant la possibilité de soutenir ce manifeste, explique son président Paul Kalböner. Par cela, nous signalons aux Suisses de l’étranger quels sont les politiciens qui sont effectivement prêts à défendre leurs intérêts.»

Attentes en matière de vote électronique

Les Suisses de l’étranger avaient voté il y a quatre ans pour un Parlement un peu moins à droite que celui qui était sorti des urnes. Par-delà les clivages partisans, ils demandent notamment des avancées dans le dossier du vote électronique.

schermo di smartphone in cui si vedono diverse applicazioni.

MARCHE ARRIÈRE GOUVERNEMENTALE Le vote électronique ne devient pas un canal de vote ordinaire en Suisse

Le gouvernement abandonne «pour l’instant» son projet de transformer le vote en ligne en canal de vote ordinaire.Par Sonia Fenazzi & Samuel Jaberg

Source: SWI swissinfo

Comparer les annonces

Comparer