Prishtina Kosova: BM CABANA Maison privées

Prishtina Kosova

Il y a quelque temps, mon ami m’a demandé de réaliser une intervention à l’arrière de sa maison. Il y avait une série de structures en béton qui se dressaient fièrement et fièrement dans un alignement semi-rectangulaire. Il était clair que la détérioration des structures avait commencé et que la fonction qu’elles étaient censées remplir était secondaire par rapport aux besoins immédiats de la maison principale pour s’étendre dans cette zone.

  • blank
  • blank
  • blank
  • blank
  • blank
  • blank
  • blank
  • blank
  • blank
  • blank
  • blank

Debout, devant ces piliers de béton, les informations qu’ils échangeaient étaient comprises, leur histoire était comprise. On pouvait sentir la communication, une conversation permanente entre eux, et la maison. Interrompons-nous leur dialogue et y mettons-nous fin ? Ils se sont blottis dans le jardin comme pour protéger quelque chose de sacré, chacun ayant sa propre histoire à raconter.

La démolition de ces structures sous-exploitées aurait été la réponse dans la plupart des cas, mais il a fallu du temps pour écouter et passer au calme, pour dépasser le chaos de la pensée et être présent, entouré de piliers de béton afin de comprendre que l’âme de la maison était là. Le reste de la maison ressemblait à n’importe quelle autre maison de banlieue, c’était le résultat d’une culture du copier-coller qui a régné en maître pendant de nombreuses années après la guerre du Kosovo, une poursuite pour une maison de style américain dans un village international. L’intérieur était bien habillé, mon ami avait choisi une palette de pierres et de bois, d’art et de meubles de bon goût, mais l’espace était frustré, replié sur une énergie qui n’avait nulle part où aller. Aujourd’hui, les piliers sont toujours vivants. Laissés à l’abandon, et attendant leur sort, les protecteurs de l’histoire avaient besoin d’être protégés.

Il y a eu des interventions mineures, par exemple, les épais murs de béton de la maison existante étaient des blocs de séparation qui ont dû être enlevés et remplacés par des portes coulissantes en verre afin que l’énergie naturelle de l’extérieur soit accueillie à l’intérieur. L’espace et l’énergie ont été conservés et utilisés pour recharger ses habitants et toute autre personne qui a la chance de vivre dans cet espace. Les interventions architecturales ont un effet positif ou négatif sur nous, elles ne sont jamais neutres sur le plan énergétique.

Comment pouvons-nous être sûrs que nos interventions donnent de l’énergie et n’en consomment pas ? La différence entre ce que nous voyons et ce que nous ressentons est souvent très contrastée. Lorsque les deux se rejoignent, l’histoire se déroule… dans ce cas, les piliers en béton sont des ruines architecturales, et non des structures dysfonctionnelles ; ils ont une histoire à raconter, ils sont les protecteurs et les facilitateurs du flux d’énergie qui avait été bloqué à l’extérieur de la maison, isolé et ignoré. La réponse à ce que nous cherchions était là, sous nos yeux, planant au-dessus de nos têtes dans le jardin. La confiance est la clé d’un partenariat heureux. Merci à mon ami et à sa famille pour la confiance qu’ils ont placée en nous au cours de ce processus de transformation.

Matériel employé :

  1. Guardian Glass
  2. Mitsubishi Electric HVAC
  3. Sharrcem Portland cement
  4. MobilieriaIliria
  5. Metalishpk steel frames
  6. GraphisoftArchicad
  7. Twinmotion – Unreal Engine

Source: archello

Comparer les annonces

Comparer