S’agit-il des rendus les plus atmosphériques en architecture?

Il est difficile d’imaginer quiconque ayant un intérêt pour l’architecture ne soit pas familiarisé avec le travail remarquable du studio de visualisation basé à Bergen MIR . Fondé en 2000 par Trond Greve Andersen et Mats Andersen, MIR est devenu une pratique unique dont la capacité à concilier les exigences commerciales et l’autonomie artistique continue de déconcerter la communauté ArchViz. Malgré leur liste impressionnante de clients – des compatriotes Jensen & Skodvin et Snøhetta à BIG et Zaha Hadid – MIR maintient une qualité de boutique et cultive une attitude détendue rarement trouvée dans les studios de si haut calibre.

Vals Hotel par Jensen & Skodvin Architects

Leur impact sur la façon dont l’architecture est présentée a donné naissance à ce que l’on a appelé le «style MIR», une expression utilisée par les artistes 3D pour décrire des images dominées par une atmosphère riche et des décors naturels évocateurs. Plutôt qu’un style, qui par définition implique des traits constants et récurrents, MIR semble avoir un mode opératoire distinct qui embrasse le contexte et surpasse les effets des gadgets ArchViz habituels. Leurs images ressemblent à des photographies capturées par des observateurs astucieux de l’architecture.

Dans cette interview avec Architizer, le partenaire fondateur Trond Greve Andersen explique le processus créatif de MIR, la culture de bureau et offre des conseils pratiques aux artistes ArchViz en herbe.

Université Monash par Woods Bagot

Lidija Grozdanic: Vous avez utilisé l’expression «visualisation naturelle» comme credo ou énoncé de mission. Que signifie «visualisation naturelle»?

Trond Greve Andersen: L’industrie alimentaire utilise le terme «terroir» pour expliquer la nourriture qui exprime son origine et son caractère unique. D’après notre expérience, les visualiseurs architecturaux traitent tous les projets – ou produisent, si vous voulez – de la même manière. Ajoutez trop d’épices et tout a le même goût… La visualisation naturelle signifie utiliser les qualités naturellement inhérentes à l’architecture et aux sites pour exprimer le caractère distinctif, pour éviter le typique.

Les projets architecturaux dans vos images sont souvent présentés en partie ou dans un contexte naturel ou urbain plus large. Je soupçonne que cette approche rencontre une certaine résistance initiale chez les clients. Comment les convaincre de l’adopter?

Pour qu’une image soit vraiment évocatrice et percutante, elle doit vous transporter dans un endroit différent. MIR a toujours été aussi soucieux de dépeindre le lieu ou le site que l’architecture elle-même. Notre processus commence par une longue phase d’esquisse. Pour convaincre, nous montrons plutôt que de dire.

Citadelle de Tianjin par BIG

Avez-vous pu cultiver cette approche non conventionnelle depuis le tout début du MIR, ou y a-t-il eu un moment qui a marqué un changement dans votre travail?

Notre approche change à jamais. Nous voulons éviter la pensée dogmatique. Par exemple, vous ne pouvez plus trouver le terme «visualisation naturelle» sur notre site Web. Cette approche est devenue une partie intégrante de ce que nous faisons, une évidence. La non conventionnalité a toujours été la clé de notre motivation. Si quelqu’un d’autre fait quelque chose d’une certaine manière, il est inutile que nous fassions de même. Ce motif a déjà été couvert. Nous préférerions échouer que copier.

Qu’apportent les différents parcours scolaires de vos collaborateurs à MIR?

Je n’ai pas d’expérience en architecture. Moi et Mats nous sommes rencontrés à l’école d’art, mais la plupart de ce que nous avons appris vient de l’apprentissage en échouant avec MIR et dans la vie. En regardant notre équipe maintenant, je pense que la personnalité de chaque individu a une influence beaucoup plus grande sur leur travail que leur formation. Un artiste MIR typique est un peu emo mais analytique, très têtu et assez introverti. Vous devez être intrinsèquement motivé pour réussir dans ce jeu.

Dubai Expo par Asif Khan

Pouvez-vous parler un peu du processus de réflexion derrière le rendu final?

Le point de contact typique d’une entreprise d’équarrissage est souvent (pas toujours) quelqu’un de bas dans la hiérarchie de l’entreprise. Dans une situation où les opinions divergent, il est dans l’intérêt de cette personne de représenter le patron et de «gagner» la discussion. S’il admet que la société de rendu a raison, il doit retourner voir le patron et «lui prouver le contraire». Cela se traduit par du temps perdu, de la bonne volonté perdue et de la promotion perdue. Lorsque nous traitons directement avec des personnes qui n’ont pas à répondre à quelqu’un, elles ont tendance à mieux répondre au raisonnement. Le contact direct permet également de discuter de la pensée abstraite, de la stratégie de conception et de revenir en arrière si une stratégie a échoué.

Il y a beaucoup de purisme technique au sein d’ArchViz. D’un autre côté, vous ne semblez pas être accroché à être à la pointe de la technologie. Pouvez-vous parler de la relation de MIR avec ses outils?

Nous entretenons une relation amour-haine avec les outils et la technologie. D’un côté, nous devons admettre que MIR ne serait rien sans le logiciel; en même temps, on déteste vraiment quand les outils dictent l’esthétique de notre production. Beaucoup de technologies – par exemple, les calques de réglage et les masques dans Photoshop – sont extrêmement utiles. Malheureusement, ces modificateurs répondent aux sentiments d’insécurité et conduisent à la procrastination. La clé pour profiter de ce métier est de trouver le flux, de faire confiance à votre instinct et d’apprendre à vous connaître et à connaître vos préférences. Tous les modificateurs non destructifs signifient que vous ne ferez jamais pousser de boules.

Table Cape resort par Silvester Fuller

MIR est un groupe de personnes relativement petit. Ce serait formidable d’en apprendre un peu plus sur l’équipe actuelle, ses spécialités, ses obsessions, etc.

En équipe, MIR n’a jamais été aussi bien placé que là où nous sommes maintenant. Certains d’entre nous ont des enfants, ce qui signifie qu’il y a moins de temps pour faire la fête ensemble, mais nous sommes toujours un groupe très proche. Nous essayons de motiver l’équipe à faire des choses différentes en plus du travail. Par exemple, nous avons construit une salle de gym à côté du bureau. Ce week-end, un groupe de personnes a conduit loin à l’ouest pour un voyage de pêche, et quatre ou cinq des gars s’entraînent régulièrement. Nous avons également un truc de culture végétale aéroponique que certains d’entre nous utilisent pour cultiver des légumes au travail.

Nick est un peu une inspiration pour le bureau car il fait beaucoup de peinture à l’huile en plus du travail. Nous avons un accord où il peut prendre autant de temps qu’il aime à peindre. Tamás fait tout le temps ces concours de rendu en ligne. En fait, il vient de remporter le prix CGArchitect cette année. Mats aime vraiment courir pieds nus. Nous avons certaines des montagnes les plus incroyables de notre ville. Personnellement, je déteste courir, mais j’aime être dehors, pêcher, cueillir des baies et des champignons. Au niveau du travail, l’équipe est impliquée dans chaque projet, depuis le début, en passant par les réunions de croquis et les présentations finales. MIR est MIR à cause de l’équipe.

Vous avez produit quelques films, dont une animation pour le Sleuk Rith Institute de Zaha Hadid. Êtes-vous intéressé à poursuivre l’animation ou à travailler avec d’autres supports à côté des images?

Nous adorons travailler sur des animations. C’est très gratifiant, mais on le trouve aussi extrêmement épuisant. C’est pourquoi nous ne faisons que des projets où nous avons un contrôle total sur tout, de la direction artistique à la musique. Je ne vois pas d’avenir où MIR sera à la pointe des nouvelles technologies.

Survol pour l’ Institut Sleuk Rith , Cambodge, par Zaha Hadid Architects . En savoir plus sur le projet ici .

Certains des plus grands studios ArchViz fonctionnent comme des agences de communication. Y a-t-il une possibilité d’expansion de MIR dans d’autres domaines à côté d’ArchViz? Quels sont vos plans pour l’avenir prévisible?

MIR est MIR. Nous nous en tiendrons à faire de même.

Vous avez mentionné dans une interview que vous trouvez qu’une simple scène extérieure à la lumière du jour est un bon indicateur des compétences d’un artiste. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet et partager quelques conseils sur l’apparence idéale d’un portefeuille?

N’importe qui peut faire un rendu crépusculaire assez agréable de «l’ heure bleue » de ce stupide pavillon avec de l’herbe 3D devant lui. Seul un esprit créatif et un œil exercé peuvent faire un très bon rendu sur la place ensoleillée d’un bâtiment à usage mixte typique. Il n’y a rien de plus que cela.

Cherchez-vous de nouvelles personnes en ce moment?

Nous sommes toujours à la recherche de la coupe parfaite. Mais nous sommes un peu comme un jumeau siamois. Il est difficile de trouver un pull parfaitement ajusté dans le magasin.

Vous aimez cet article? Découvrez les autres dans notre série sur «L’art du rendu»:

Methanoia révèle l’histoire derrière les visualisations les plus marquantes de l’architecture

Quand la visualisation architecturale fait les choses: l’art surréaliste de Victor Enrich

7 démonstrations magiques d’environnements hyper-réels

Alex Hogrefe crée de superbes visualisations architecturales en utilisant uniquement SketchUp et Photoshop

Comment la technologie va révolutionner les représentations architecturales

Une approche photographique de la visualisation architecturale

source: architizer

Comparer les annonces

Comparer