Maison individuelle passive et bioclimatique – Barcelone – Espagne

Maison individuelle passive et bioclimatique - Barcelone - Espagne

La conception de cette maison individuelle nous a été commandée par un couple avec le rêve de la retraite vivant au milieu de la nature. Le site se caractérise par une végétation méditerranéenne typique de la région et comprend des oliviers, des pins, des arbres à mastic et des cœurs de palmiers sur des sols calcaires. Le terrain, d’environ 900 m2, est situé à la fin d’une petite urbanisation en bordure du parc naturel du Garraf, sur la côte sud de Barcelone.

Une construction qui permettrait de contempler le paysage et entraînerait une faible consommation d’énergie étaient les principales exigences de cette commission. Dans le même temps, le projet présentait de multiples défis: une parcelle en forte pente orientée au nord et un budget limité.

Détails du projet

Le règlement d’urbanisme place l’occupation bâtie au centre de la parcelle, permettant de construire jusqu’à trois niveaux. La proposition interprète cette disposition de l’aménagement et renonce stratégiquement au troisième étage au profit d’une intégration avec la topographie et le milieu naturel. Le projet est interprété comme une opportunité de démontrer qu’il est possible de construire des bâtiments passifs, conçus bioclimatiquement et construits avec des matériaux sains à un coût abordable.

La maison a été conçue avec la vocation de s’intégrer respectueusement à son contexte naturel et d’être un bâtiment passif.

Basée sur la simplicité et la durabilité, la proposition offre une réponse créative aux complexités initiales. La maison est intégrée au terrain pour s’adapter à la topographie et se fondre dans le paysage. En même temps, il profite du pouvoir isolant du sol et accompagne la pente naturelle en déclenchant les espaces intérieurs sur deux niveaux.

La géométrie de la maison s’explique par la volonté de laisser la nature comme protagoniste et en même temps d’offrir à ses habitants un espace protégé et accueillant pour contempler le paysage. Les deux bras du volume bâti s’ouvrent au Nord, la montagne de Montserrat et l’immensité du parc naturel. La maison est organisée en un seul volume articulé sur deux étages. Les façades donnant sur la rue et vers les voisins sont volontairement dépourvues d’ouvertures. La zone jour et une chambre sont situées au rez-de-chaussée; au premier étage il y a une deuxième chambre et une grande terrasse avec solarium et jardin. Chaque pièce de la maison permet la contemplation de la forêt sous un angle différent.

Le choix des matériaux répond à des critères de santé des personnes, de respect de l’environnement et d’efficacité constructive et économique. Pour les murs extérieurs, des blocs de béton cellulaire ont été utilisés en raison de leur légèreté et de leur haut pouvoir isolant ; panneaux de liège naturel thermo-traité pour la finition extérieure des façades et leur isolation pour se fondre également dans l’environnement naturel. Pour les finitions intérieures, des peintures à la chaux et au silicate ont été appliquées. La face supérieure de la dalle de sol, finie avec des cristaux de quartz, a été utilisée comme revêtement de sol. Du bois de pin massif traité avec des teintures naturelles a été utilisé pour la menuiserie extérieure.

Explications techniques (architecture bioclimatique et végétale)

Avant le défi de la réalisation d’un bâtiment passif, le projet adopte de multiples stratégies de conception bioclimatique qui répondent à une étude détaillée du climat et de la topographie du site. Le bâtiment est conçu en l’orientant le long de l’axe nord-sud afin qu’il profite pleinement de l’apport du rayonnement solaire en hiver et la ventilation naturelle est ainsi plus efficace en été.

Stratégies bioclimatiques pendant les mois froids

Les stratégies suivantes ont été adoptées pour chauffer le bâtiment pendant les mois froids.

1) La façade sud, dans sa partie vitrée, fonctionne comme un chauffe-eau solaire grâce à l’effet de serre. Le rayonnement solaire, qui pendant ces mois a un angle réduit, pénètre à l’intérieur et se transforme en chaleur, augmentant la température de la maison.

2) Les murs Trombe-Mitchell situés sur le mur sud fonctionnent comme des chambres chaudes qui atteignent des températures élevées pendant la journée et les transfèrent par convection et rayonnement à l’intérieur de la maison.

3) Sur la face nord, les ouvertures ont été réduites au minimum pour ne pas influencer négativement le bilan thermique.

4) Les jours les plus froids, côté Nord, un poêle à haut rendement peut être allumé, ce qui fournit les apports nécessaires pour atteindre les conditions de confort thermique.

Stratégies bioclimatiques pendant les mois chauds

Pour refroidir le bâtiment pendant les mois chauds, les stratégies suivantes ont été adoptées:

1) Les ouvertures de façade ont été calculées de manière à pouvoir aérer en toute sécurité pendant la nuit. La ventilation croisée naturelle est renforcée par la différence de température qui existe entre la façade nord plus froide et la façade sud plus chaude.

2) Les murs Trombe-Mitchell fonctionnent comme des « cheminées solaires » ; en chauffant plus que les espaces intérieurs de la maison, ils extraient l’air chaud de l’intérieur, provoquant l’entrée d’air frais de l’extérieur.

3) Les feuillus plantés devant la façade sud la protègent du rayonnement solaire estival intense.

4) Les avant-toits de la façade sud empêchent les rayons solaires de chauffer la zone vitrée de la façade.

5) L’étang naturel situé sous le bâtiment favorise le refroidissement de l’air et la création d’un microclimat humide.

Tout au long de l’année, l’excellente isolation de l’ensemble de l’enceinte, la menuiserie de haute qualité et l’élimination des infiltrations d’air parviennent à maintenir la température à l’intérieur de la maison stable.

Les espaces verts et le traitement des eaux grises et pluviales sont intégrés dans la conception du projet dans le cadre de la même stratégie bioclimatique.

Dans la zone sud de la parcelle, la végétation méditerranéenne autochtone est préservée en la mettant en œuvre avec la plantation d’espèces d’arbres à feuilles caduques. L’objectif est de protéger le bâtiment et les murs de la Trombe du rayonnement solaire en été et de laisser passer le rayonnement en hiver.

L’eau de pluie des toits est collectée dans un réservoir situé sous le parking et est utilisée pour l’arrosage du jardin et pour l’étang naturel à l’extrémité inférieure du site. L’étang naturel contient un filtre végétal qui agit comme un photo-purificateur et favorise la biodiversité de la faune locale.

Les eaux grises ont été séparées des eaux usées pour un recyclage et une récupération ultérieurs.

La demande de chauffage de ce bâtiment est de 5,4 KWh / m2 an et la demande de refroidissement de 14,5 KWh / m2 an. Aucun système de climatisation actif n’est utilisé, à l’exception du poêle à bois. Des panneaux photovoltaïques ont été installés sur le toit pour couvrir les besoins électriques internes.

Architecte : https://www.elfilverd.com/

Source: archilovers

Comparer les annonces

Comparer